Laboratoire

le carnaval de Rosheim

ASPECTS ICONIQUES (informations lues dans l’image)

•plan moyen de deux enfants assis sur un muret.

•instantané : gestuelle et expression figées d’un garçon et d’une fille en pleine conversation.

•le fond de l’image nous évoque une construction ancienne comme une église, un monument (pierres de taille et sculptures).

•les enfants sont habillés de costumes d’une autre époque, veste, manteau , chapeau… couleurs…

•le garçon semble dubitatif- il fait la moue – son regard est dans le vide ; il a les bras ballants – ses pieds pendent au dessus du sol – son «porté» de main ne révèle aucun dynamisme.

•la fillette est en pleine explication : positionnée en biais, pieds repliés, appuyée sur un bras, gestuelle appuyant un supposé discours, yeux mi clos…

•la palette des couleurs se situe plus vers les pastels que les couleurs vives.

•lumière, assez tranchante, vient du côté droit et projette une ombre de la plume.

•l’image dégage une grande stabilité du fait des lignes générées par la maçonnerie.

•seul le bagage posé au sol est une référence à notre époque.

ASPECTS EXTRA-ICONIQUES (perception au travers de notre culture, de notre vécu) :

Voilà une scène cocasse, comme tirée d’une pièce de théâtre ; chacun joue son rôle à la perfection Tout y est : costumes, fond en adéquation, expression, gestuelles. Quelques similitudes avec un certain Pinocchio, ne manquent que les ficelles…

On s’imagine une déclamation, pour persuader ce garçon tellement résigné : toute son attitude nous semble dire qu’il n’y a plus d’espoir !!! La posture de la fillette, au contraire, reflète un dynamisme évident, tellement convaincante avec sa main levée semble dire :

« Mais ne t’en fais pas, laisse faire le temps, ça va s’arranger !!! ».

Félicitations à Claudine Lheureux d’avoir saisi cette scène qui nous transporte dans le monde de Racine ou de Molière ….

Clément Bottlaender – Janvier 2013


un autre regard sur l’hiver

ASPECTS ICONIQUES :

Plan moyen en noir et blanc- scène hivernale (au vu des habits )

Construction de l’image basée sur les diagonales et les points de fuite

Contraste entre les verticales du bâtiment de gauche et les lignes de fuite générées par les dalles au sol qui nous conduisent vers deux personnages situés dans l’angle supérieur

Contraste entre la personne assise, nette et les deux personnes floues désignées par la ligne de fuite

Contraste entre le »mendiant « accroupi et adossé à la structure solide et répétitive du bâtiment –qui ferme l’image comme un mur, son regard se tournant vers les passants-flous, donc en mouvement qui arrivent vers lui

Contraste entre une personne « à l’arrêt », au sol avec un compagnon d’infortune –et des passants debout, en mouvement, libres de tout soutien

L’image reste fermée à gauche(structures répétitives) et ouverte à droite ( plan clair, sans obstacle)

ASPECTS EXTRA-ICONIQUES

Instant de vie entre des personnages de classes sociales opposées- les uns à l’arrêt, »dos au mur » en dehors de la société « productive » – les autres en mouvement, libres, acteurs du développement…

On imagine la rencontre des regards ou le passage indifférent, rapide. Y aura-t-il un contact entre ces deux mondes ? Un soutien par une aumône, un sourire qui rendra l’espoir ou la compassion…

Contraste structuré par la composition de l’image, entre un monde clos, qui a besoin d’ »appuis » et un monde « ouvert » sur l’avenir, indépendant…

Contraste entre une personne accroupie, qui se fait petite, humble, demandeuse, statique avec son compagnon, le pigeon , son unique soutien (d’habitude, c’est un chien !!) et des passants à l’allure dynamique…..

« Une autre vision de l’hiver » ,celle de l’espoir d’un contact entre les hommes…..

Merci à Michèle Saumande pour ce témoignage

Clément Bottlaender

femmes qui marchent

Aspects iconiques (éléments lus dans l’image) :

On remarque les 2 femmes qui marchent jambes tendues « en A » ; à gauche il s’agit d’une statue, « La femme qui marche vers le ciel » à Strasbourg, alors qu’à droite la personne est bien réelle.

Ces femmes sont placées sur une diagonale, à égale distance des coins de l’image.

Le format 4:5 resserre l’image sur ces 2 sujets.

Une 3ième personne, en noir et jambes rapprochées, est plus discrète, mais elle sert à nous ramener dans l’image.

Les 3 silhouettes ressortent sur leur arrière-plan grâce aux contrastes : silhouette claire / rivière sombre, chaussures et tête blanches / trottoir et vitrine sombres, et enfin silhouette sombre sur mur clair.

La couleur de la femme en orange se retrouve sur les arbres au bas de l’image, et sur le marquage au sol de la rue, alors que la couleur rouge sur la statue se retrouve sur l’affichette à l’opposé.

Les formes rectangulaires du portail répondent à celles des fenêtres à l’étage, elles rythment le haut de l’image et forment un triangle qui répond à celui formé par les arbres à l’opposé.

La colonne inclinée sur laquelle se trouve la statue s’oppose aux lignes horizontales successives des fenêtres, de la rue et du bord de la rivière.

Aspects extra-iconiques (perception au travers de notre culture, de notre vécu) :

La photo a été prise d’un point de vue élevé inhabituel. La vue de « La femme qui marche vers le ciel » (Jonathan Borofski – 1994) surprend car elle est vue de dessus, alors qu’on a plus l’habitude de la voir depuis le sol, s’élevant vers le ciel.

La correspondance des couleurs rouges met en relation la femme et l’affichette « -10 € ». On dirait que la femme se dirige vers le magasin pour profiter de la bonne affaire.

Mais surtout, le passage au-dessus de l’eau et la ressemblance des 2 silhouettes évoque la photo d’Henri Cartier-Bresson « Derrière la Gare Saint Lazare » (1932) ci-dessous. On croit reconnaitre son personnage qui s’élance au-dessus de l’eau, au fond, la petite silhouette dont la forme répond à ce moment fugitif. Un personnage est réel, l’autre est une représentation. Et le 3ième personnage en noir sur les 2 images qui semble observer la scène, comme nous…